Réduction du risque jusqu’à 25 % - Le café aurait un effet bénéfique contre le cancer de l’endomètre

Réduction du risque jusqu’à 25 %Le café aurait un effet bénéfique contre le cancer de l’endomètre

28.11.2011

Boire quatre tasses de café par jour, outre l’agrément que cela comporte, serait associé à une réduction de 25 % du risque de cancer de l’endomètre, selon une analyse des personnes inclues dans la Nurses’ Health Study.

  • L’effet n’est pas lié à la caféine

LA CONSOMMATION sur une longue durée du café peut être associée à un risque réduit de cancer de l’endomètre. Cette association favorable se révèle de la même façon pour le café décaféiné. Ainsi, ce sont les propriétés antioxydantes, plus que la caféine, qui seraient en action. Edward Giovanucci (Harvard) et son équipe interprètent ainsi ces résultats : « L’action du café en tant qu’agent protecteur contre certains cancers s’exerce en relation avec l’obésité, les estrogènes et l’insuline. ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires