Bisphénol A et alimentation - Une interdiction prématurée, selon l’Académie?

Bisphénol A et alimentationUne interdiction prématurée, selon l’Académie?

21.11.2011

L’Académie de médecine rend public un rapport sur les perturbateurs endocriniens (PEs) de l’environnement et leurs risques potentiels en cancérologie. Elle reconnaît le risque probable des PEs et la nécessité de mesures de précaution mais se montre critique sur la décision d’interdiction du bisphénol A dans les conditionnements en contact avec les aliments prévue pour 2014. Une mesure que les académiciens jugent inapplicable à cette échéance en l’absence de produits de remplacement.

À L’ORIGINE de ce travail de l’Académie deux constats : d’une part, l’augmentation considérable depuis trente ans de certains cancers, notamment les cancers du sein, de la prostate, des testicules et de la thyroïde, d’autre part, l’existence de polémiques et d’informations contradictoires sur les risques des PEs pour la santé humaine. Le rapport de l’Académie pointe les incertitudes qui persistent sur la question. Incertitudes qui tiennent à la difficulté d’extrapoler à l’homme les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires