De bons résultats ont été obtenus chez le singe - Obésité : l’adipotide détruit la graisse

De bons résultats ont été obtenus chez le singeObésité : l’adipotide détruit la graisse

17.11.2011

Une équipe de Houston (Texas) a développé une nouvelle approche prometteuse contre l’obésité : il s’agit d’un peptide nommé adipotide qui cible les vaisseaux sanguins du tissu adipeux blanc et déclenche leur destruction par apoptose. Évalué chez des singes obèses, ce traitement provoque une perte de poids et améliore l’insulinorésistance. Un essai clinique est en vue chez des patients obèses ayant un cancer de la prostate (l’obésité étant associée à une moins bonne réponse aux traitements du cancer prostatique).

« LE DÉVELOPPEMENT de ce composé pour un usage humain procurerait une approche non chirurgicale pour réduire l’accumulation de graisse blanche, par opposition avec les médicaments amaigrissants qui visent à contrôler l’appétit ou prévenir l’absorption de graisse alimentaire », souligne le Pr Renata Pasqualini (University of Texas M. D. Anderson Cancer Center, Houston) qui a dirigé ce travail.

L’obésité, définie par un indice de masse corporelle supérieur à 30, est une cause majeure...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires