Le succès d’une équipe de l’hôpital Saint-Antoine - Première autotransfusion de globules rouges obtenus à partir de cellules souches

Le succès d’une équipe de l’hôpital Saint-AntoinePremière autotransfusion de globules rouges obtenus à partir de cellules souches

08.09.2011

Des chercheurs ont mis en culture des cellules souches hématopoïétiques d’un volontaire et obtenu des globules rouges (GR) après expansion/maturation à l’aide de facteurs de croissance. Ces GR ont ensuite été réinjectés chez le volontaire. Les résultats montrent que la durée de vie et le taux de survie des cellules cultivées sont similaires aux hématies classiques.

  • La meilleure source de production d’hématies demeure les cellules dérivées du sang de cordon

UN JOUR, les patients ayant besoin d’une transfusion sanguine deviendront peut-être leurs propres donneurs. Les résultats de l’étude menée par Luc Douay (directeur de recherche de l’unité « Prolifération et différenciation des cellules souches », unité mixte de recherche Inserm UPMC, hôpital Saint-Antoine) représentent un espoir sensible dans le contexte actuel, où les besoins en sang ne cessent de croître mais pas le nombre des donneurs et où les problèmes de sécurité des produits...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires