Trop d’examens en imagerie médicale - L’Autorité de sûreté nucléaire émet un « message d’alerte »

Trop d’examens en imagerie médicaleL’Autorité de sûreté nucléaire émet un « message d’alerte »

18.07.2011

L’augmentation des doses de rayonnements ionisants délivrées par l’imagerie médicale « devient préoccupante et doit être maîtrisée », prévient l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Les principes de justification et d’optimisation des doses doivent être mieux appliqués et la formation à la radioprotection, renforcée.

  • Il est nécessaire de limiter les examens répétés, surtout pour les enfants

LA MAÎTRISE des doses en imagerie médicale « est un problème extrêmement complexe », reconnaît André-Claude Lacoste, président de l’ASN. Et les médecins ne sont donc pas les seuls à bénéficier de ce « message d’alerte ». « Si les professionnels de l’imagerie médicale sont les premiers acteurs des progrès en radioprotection médicale, les acteurs institutionnels de la santé et du travail sont également à mobiliser du fait de leur rôle décisif en ce qui concerne les équipements, les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires