Pathologies graves et grossesse - Les femmes enceintes ne doivent pas être « sous-traitées »

Pathologies graves et grossesseLes femmes enceintes ne doivent pas être « sous-traitées »

06.06.2011

Pendant sa grossesse, une femme doit pouvoir bénéficier pour sa santé et pour celle de son enfant des mêmes progrès de la médecine et de la recherche que tout autre patient. Cette thématique particulière du médicament en périnatalité a été abordée, dans une approche collaborative et multidisciplinaire, lors des 4es Assises de la fondation PremUp dont les objectifs sont de protéger la santé de la femme enceinte et de prévenir la prématurité.

  • L’évaluation des médicaments chez la femme enceinte doit être revue

D’ÉVIDENCE, la grossesse n’est pas une maladie ; pourtant la société dans son ensemble semble placer la femme enceinte (au même titre que les jeunes enfants et les personnes âgées) dans une sous-catégorie où son droit à la santé, au bien-être et à un accès total aux meilleurs soins médicaux ne peut s’exercer pleinement. « Nous ne pouvons pas nous contenter de traiter les maladies des femmes enceintes avec les seules molécules que l’on maîtrise bien dans le cas d’une grossesse. Pourquoi...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires