Pathologies graves et grossesse - Les femmes enceintes ne doivent pas être « sous-traitées »

Pathologies graves et grossesseLes femmes enceintes ne doivent pas être « sous-traitées »

06.06.2011

Pendant sa grossesse, une femme doit pouvoir bénéficier pour sa santé et pour celle de son enfant des mêmes progrès de la médecine et de la recherche que tout autre patient. Cette thématique particulière du médicament en périnatalité a été abordée, dans une approche collaborative et multidisciplinaire, lors des 4es Assises de la fondation PremUp dont les objectifs sont de protéger la santé de la femme enceinte et de prévenir la prématurité.

  • L’évaluation des médicaments chez la femme enceinte doit être revue

D’ÉVIDENCE, la grossesse n’est pas une maladie ; pourtant la société dans son ensemble semble placer la femme enceinte (au même titre que les jeunes enfants et les personnes âgées) dans une sous-catégorie où son droit à la santé, au bien-être et à un accès total aux meilleurs soins médicaux ne peut s’exercer pleinement. « Nous ne pouvons pas nous contenter de traiter les maladies des femmes enceintes avec les seules molécules que l’on maîtrise bien dans le cas d’une grossesse. Pourquoi...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 18

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.