Dermocosmétique - Un extrait de ruscus contre les rougeurs

DermocosmétiqueUn extrait de ruscus contre les rougeurs

14.04.2011

Les rougeurs sont un souci fréquent (deux à quatre millions de personnes sont concernées en France) et une préoccupation majeure en dermocosmétique. Des enquêtes plus précises se sont intéressées à la rosacée qui est la forme médicale pathologique des rougeurs. Investis depuis toujours dans sa prise en charge en pharmacie, les Laboratoires Avène proposent aujourd’hui une nouvelle gamme de soins Antirougeurs, avec un actif issu du cœur de la recherche Pierre Fabre.

  • Une réponse ciblée aux deux composantes de la rougeur

LA ROSACÉE est une dermatose chronique qui résulte de deux anomalies de la peau, vasculaire et inflammatoire, et elle fait le lien entre le médical et l’esthétique. Des anomalies de la circulation du sang dans les veines du visage ont été mises en évidence, ainsi qu’une hypersensibilité vasculaire dont témoigne l’augmentation de certaines molécules comme le VEGF, facteur de croissance vasculaire. « Actuellement, une importance particulière est donnée aux peptides antimicrobiens qui ont...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
homeo

À la Une Homéopathie : les granules de la discorde Abonné

La tribune fustigeant l'homéopathie signée de 124 professionnels de santé, parue le 18 mars dernier, et soutenue à ce jour par plus de 2 400 personnes, n’en finit plus de faire des vagues. La polémique ne cesse d’enfler et pousse sociétés savantes, agences sanitaires et gouvernement à prendre position sur la place de l’homéopathie dans l’arsenal thérapeutique. 1

Partenaires