Douleurs neuropathiques post-zostériennes (DNPZ) - Le premier emplâtre à base de lidocaïne disponible en ville

Douleurs neuropathiques post-zostériennes (DNPZ)Le premier emplâtre à base de lidocaïne disponible en ville

17.03.2011

La symptomatologie douloureuse domine le tableau clinique du zona et la douleur post-zostérienne, persistant après cicatrisation de l’éruption cutanée, est difficile à soulager avec les traitements pharmacologiques systémiques. Les laboratoires Grünenthal ont réalisé une nouvelle approche thérapeutique locale dont l’originalité tient dans sa forme galénique innovante.

LES DOULEURS contemporaines de la phase éruptive du zona et les douleurs séquellaires appelées douleurs post-zostériennes (DPZ) répondent à des mécanismes différents. Ces dernières peuvent persister pendant des mois, voire des années, mais elles ne sont pas le prolongement des douleurs aiguës. « Elles présentent les caractères d’une douleur neuropathique et constituent une pathologie spécifique qui est une complication plus ou moins tardive de la maladie, résume le Dr Gérard Cunin ...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires