Avec des formes graves - Le botulisme est toujours là

Avec des formes gravesLe botulisme est toujours là

24.02.2011

Bien que rare, le botulisme est toujours présent en France, avec des formes inhabituelles et graves qui justifient le maintien de sa surveillance. C’est ce que montrent les chiffres 2007-2009, analysés cette semaine dans le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire »*.

  • Le botulisme alimentaire est le plus fréquent

LE BOTULISME est une maladie à déclaration obligatoire. Le diagnostic clinique d’un seul cas, même en l’absence de confirmation biologique, doit donner lieu à un signalement immédiat. De 2007 à 2009, 47 cas ont été recensés, correspondant à 24 foyers, 22 de botulisme confirmé et 2 avec seulement une suspicion clinique. Aucun patient n’est mort pendant cette période. Auparavant, les deux derniers décès remontaient à 1999. Et, en octobre 2010, on a déploré un autre décès, ainsi que 4 cas...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 14

Partenaires