Contre les effets secondaires des traitements en cancérologie - De nouveaux soins cutanés préventifs et curatifs

Contre les effets secondaires des traitements en cancérologieDe nouveaux soins cutanés préventifs et curatifs

10.02.2011

Concessionnaire de la source thermale d’Evaux-les-Bains (Creuse), Evolife propose depuis plus de dix ans, grâce à une recherche spécifique, une prise en charge raisonnée de la toxicité cutanée et cutanéo-muqueuse induite par la chimiothérapie et la radiothérapie. Aujourd’hui, Evolife présente trois nouveautés pour continuer d’améliorer la qualité de vie des cancéreux.

TOUS LES TRAITEMENTS actuels contre les cancers, y compris les thérapies ciblées, engendrent des manifestations cutanées parfois sévères et toujours invalidantes. Pour soulager leur souffrance quotidienne et leur préjudice esthétique, 80 % des patients achètent des produits, hors préconisation du corps médical, sans obtenir de résultats efficaces et certains d’entre eux ont tendance à différer, modifier, voire rejeter leur traitement. Grâce aux propriétés particulières du lithium issu de...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires