Les Romains avaient vu juste - Le goût amer stimule la production d’hormone de l’appétit

Les Romains avaient vu justeLe goût amer stimule la production d’hormone de l’appétit

24.01.2011

Des Belges ont découvert que la sécrétion de la ghréline (hormone de l’appétit) par l’estomac est contrôlée par les récepteurs du goût amer couplés à l’α-gustducine, une des protéines impliquées dans la transduction du signal amer.

LA DÉCOUVERTE RÉCENTE de l’existence de récepteurs du goût et de leurs effecteurs au niveau de la muqueuse intestinale a conduit à évoquer le rôle potentiel de ces derniers dans la reconnaissance fonctionnelle des aliments à cet étage et dans les cascades hormonales qui en découlent. Il existe deux types de récepteurs du goût : les T1R (récepteurs du goût sucré et umami) et les récepteurs T2R (du goût amer). La gustducine est la sous-unité alpha d’un complexe G-protéique impliqué, avec d...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
non substituable

Les nouvelles règles pour le « non substituable »

Les cas où la mention « non substituable » (NS) peut être apposée sur l'ordonnance par le prescripteur viennent d'être définis par un arrêté paru aujourd'hui au « Journal officiel ». Voulues par la ministre de la Santé, Agnès... 6

Partenaires