Au pied de deux barres d’immeubles à Limoges - Patrick Giraudeau survit à l’implosion

Au pied de deux barres d’immeubles à LimogesPatrick Giraudeau survit à l’implosion

20.01.2011

Quelques semaines après la destruction de deux barres d’immeubles qui abritaient beaucoup de ses patients, le pharmacien limougeaud espère en des jours meilleurs.

  • Une économie en péril

« Nous sommes deux pharmacies victimes de l’événement, et mon confrère est logé à la même enseigne. Sans les tours Gauguin, notre économie est en péril. » Patrick Giraudeau, 55 ans, dresse un bilan très négatif de l’implosion des immeubles voisins de son officine, dans lesquels vivaient plus de deux mille personnes, dont bon nombre de ses clients. Installé depuis 1981 dans ce quartier très populaire du nord de Limoges, ce diplômé de la faculté de Limoges a vécu au pied des barres HLM les...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires