Ingurgitation volontaire d’œufs d’helminthe - Un ver soulage un patient de sa RCH

Ingurgitation volontaire d’œufs d’helmintheUn ver soulage un patient de sa RCH

09.12.2010

Un homme a ingéré délibérément des œufs de nématodes (Trichuris trichiura) afin de soulager ses symptômes de rectocolite hémorragique (RCH). Le suivi de ce patient éclaire les mécanismes qui pourraient sous-tendre les effets bénéfiques des thérapies helminthiques dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI). Ce qui pourrait aboutir à de nouvelles approches thérapeutiques pour les MICI.

  • Le patient a ingéré des œufs de Trichuris trichiura

« L’IDÉE DE TRAITER les maladies inflammatoires chroniques intestinales avec des vers n’est pas nouvelle, cependant, le mécanisme d’action de ce traitement demeure obscur. Nos résultats suggèrent que l’infection avec ce parasite particulier (Trichuris trichiura) majore ou restaure la production de mucus dans le côlon, apportant de ce fait un soulagement symptomatique », déclare dans un communiqué le Pr P’ng Loke (New York University Langone Medical Center, NY).

L’attrait de la thérapie...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires