Une nouvelle ère pour les soins anti-vieillissement - La fée bioélectricité au service de la cosmétique anti-âge

Une nouvelle ère pour les soins anti-vieillissementLa fée bioélectricité au service de la cosmétique anti-âge

13.09.2010

Pionnier des soins de la peau depuis plus de cinquante ans, Roc a toujours placé la science au cœur de la marque, avec des technologies uniques et brevetées. En 2010, après cinq années de recherches, l’expertise Roc se prépare à révolutionner la cosmétique anti-âge grâce à une réelle avancée scientifique mettant en évidence l’implication de la bioélectricité sur le vieillissement cutané.

LA BIOÉLECTRICITÉ est utilisée depuis longtemps en médecine dans le cadre de nombreux diagnostics et traitements comme l’électrocardiogramme ou les pacemakers. On l’utilise également en médecine régénérative ou en ingénierie tissulaire pour favoriser la cicatrisation. Au niveau de la peau, la bioélectricité est responsable de la communication cellulaire à l’origine de la vitalité et de la jeunesse de la peau. Les cellules se comportent comme des piles avec des charges négatives et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires