Six Français sur dix n’osent pas évoquer le sujet - Le tabou de l’incontinence urinaire au masculin

Six Français sur dix n’osent pas évoquer le sujetLe tabou de l’incontinence urinaire au masculin

23.07.2010

Les fuites urinaires sont plus rares chez l’homme, mais leur fréquence s’accroît avec l’âge. Pourtant, ce sujet demeure un tabou qui pénalise la vie sociale et sexuelle des personnes concernées, d’autant plus que l’information est souvent insuffisante. Le pharmacien pourrait y remédier, même si, en pratique, on aurait surtout tendance à se confier à son médecin, indique une enquête IFOP pour Tena.

L’INCONTINENCE URINAIRE n’est pas l’apanage des femmes. En vieillissant, de plus en plus d’hommes sont soumis à ce type de trouble. « Il y a neuf fois plus de femmes concernées par les fuites urinaires. Mais plus on avance en âge, plus les chiffres tendent à s’égaliser pour arriver à une moyenne de 60 % de femmes et 40 % d’hommes », souligne le Dr Jean-François Hermieu, chirurgien urologue à l’hôpital Bichat (Paris) et membre de l’Institut Tena. Au total, en France, un million de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires