Un pharmacien chez les pompiers - Commandant Stéphane Galy

Un pharmacien chez les pompiersCommandant Stéphane Galy

20.05.2010

En prenant, en 2002, la responsabilité du service pharmacie des sapeurs pompiers de la Corrèze, Stéphane Galy, 40 ans, répondait à une double vocation : exercer un métier pour lequel il avait été formé et diplômé (faculté de Limoges) et s’impliquer dans le service des soldats du feu. Auparavant salarié dans l’industrie, il a rejoint ce corps d’élite par envie de servir, mais aussi pour donner à sa carrière professionnelle une nouvelle orientation passionnante.

  • Une double vocation

« IL Y A UNE FORMATION à suivre, explique Stéphane Galy, attachée à nos différentes missions. Un pharmacien de pompiers gère la boutique en tant que telle – stock de médicaments, matériel médical, oxygène, équipement, etc. – spécialités auxquelles j’ai ajouté les risques chimiques. Ceci inclut les transports dangereux, les accidents dans les entreprises manipulant des produits, etc., avec, bien entendu, là encore des cursus complémentaires à suivre. »

Devenu conseiller technique...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires