Parasitoses externes des chiens et des chats

Parasitoses externes des chiens et des chats

08.04.2010

Puce, tique, gale, les parasites externes empoisonnent la vie des animaux domestiques. Plus embêtant, ces petites bêtes peuvent être à l’origine de complications graves, parfois mortelles. Prévenir, conseiller et orienter les clients, y compris dans le domaine vétérinaire, est aussi affaire de pharmacien.

  • La rémanence des traitements est une condition importante de leur efficacité...
  • La tique, vecteur potentiel de la piroplasmose ou de la maladie de Lyme
Conseil à l’officineQuelques définitions

• La rémanence : c’est une notion importante dans le cadre des traitements antiparasitaires puisqu’elle conditionne la fréquence de ces traitements. La rémanence correspond à la durée pendant laquelle le produit appliqué continue à exercer son action.

• Les puces : en particulier Ctenocephalides felis ou canis chez le chien et le chat, tandis qu’il s’agit de Pulex irritans chez l’homme. Petit insecte hématophage, de 2 à 4 mm et de coloration...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires