Feu vert pour une pomme de terre OGM - Polémique autour d’un gène de résistance à la kanamycine

Feu vert pour une pomme de terre OGMPolémique autour d’un gène de résistance à la kanamycine

08.03.2010

La Commission de Bruxelles autorise la culture de la pomme de terre OGM Amflora. Elle s’appuie sur un avis de l’AESA (Agence européenne de sécurité des aliments) qui conclut à l’innocuité de ce tubercule. Mais le gène marqueur de résistance aux antibiotiques qu’il contient lui vaut d’être très critiqué par les défenseurs de l’environnement.

  • Une innocuité contestée par les opposants aux OGM

LA DÉCISION rendue mardi par la Commission de Bruxelles répond à une demande que le groupe allemand BASF avait déposé en août 1996 pour commercialiser sa pomme de terre transgénique Amflora à des fins industrielles et pour l’alimentation animale. Cet OGM est renforcé en amylopectine, un composant de l’amidon utilisé par l’industrie pour fabriquer des textiles, du béton ou du papier. Il contient également un gène marqueur de résistance (nptII) connu comme gène de résistance à un...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires