Toxine botulique - Tordre le cou aux fausses rumeurs

Toxine botuliqueTordre le cou aux fausses rumeurs

21.12.2009

Découverte majeure pour son utilisation en thérapeutique, puis en esthétique, la toxine botulique est un sujet qui passionne et qui est l’objet de beaucoup de controverses. Elle génère des craintes et des critiques infondées, mais elle demeure un traitement clé pour réduire les rides d’expression. De plus en plus d’hommes et de femmes y ont recours et il devient nécessaire de faire le point sur son mode d’action, ses indications et sa sécurité d’emploi.

  • Une fiabilité démontrée par huit études internationales

PRODUITE par une bactérie (clostridium botulinum), la toxine botulique est un relaxant musculaire. Une fois injectée dans le muscle, elle libère son entité active, la neurotoxine, qui empêche la libération de l’acétylcholine au niveau de la jonction neuromusculaire. Elle bloque ainsi en partie la contraction du muscle responsable de spasmes et de rides. La neurotoxine de type A a la durée d’action la plus longue (4 à 6 mois) mais son action est totalement réversible dans le temps. « En...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires