État de conscience minimale ou état végétatif - Un outil diagnostique de référence

État de conscience minimale ou état végétatifUn outil diagnostique de référence

03.12.2009

Un homme est sorti du coma au bout de 23 ans, le Belge Rom Houben, grâce à l’évaluation du Pr Steven Laureys (Liège). Avec son équipe, il a publié récemment une étude où il plaide en faveur de l’utilisation d’un outil de diagnostic différentiel entre un coma végétatif et un état de conscience minimale.

  • La réponse à des ordres verbaux est en faveur d’un état de conscience minimale

EN 1983, âgé de 20 ans, le Belge Rom Houben, est victime d’un grave accident d’automobile. Il ne meurt pas, mais est considéré par les spécialistes comme étant dans un coma végétatif, signifiant donc que son cerveau est détruit mises à part les fonctions vitales et qu’il n’a aucune chance de se réveiller. Il passe les 23 années suivantes dans cet état et cela aurait pu continuer ainsi. Sauf qu’en 2006, sa mère persuadée que son fils est récupérable, le fait hospitaliser dans le service d...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires