Une prise en charge mieux structurée mais insuffisante - Ces maladies qui ne sont pas si rares

Une prise en charge mieux structurée mais insuffisanteCes maladies qui ne sont pas si rares

30.11.2009

Une maladie est dite rare quand elle atteint moins d’une personne sur deux mille. On en dénombre environ sept mille. En France, une maladie rare peut toucher jusqu’à 32 000 personnes au maximum, mais certaines ne concernent qu’une dizaine de personnes. On estime à trois millions le nombre total de personnes concernées. Ces maladies, qui ne sont pas si rares, ont justifié la mise en place d’un premier plan national en 2005. Le vice-président d’Alliance maladies rares analyse les grandes avancées thérapeutiques obtenues pour les malades.

PRÈS DE 80 % des maladies rares sont d’origine génétique et, dans la moitié des cas, elles affectent les enfants de moins de cinq ans, avec 35 % de décès avant l’âge d’un an. Face à ces maladies graves et très invalidantes, le déficit des connaissances médicales et scientifiques se traduit par une errance diagnostique et une absence de traitement curatif, d’autant plus que, jusqu’à ces dernières années, ces maladies orphelines n’intéressaient guère les pouvoirs publics et les chercheurs.<...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires