Pour comprendre et maîtriser le diabète - Un outil clé, l’éducation thérapeutique

Pour comprendre et maîtriser le diabèteUn outil clé, l’éducation thérapeutique

12.11.2009

Le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » (BEH) publie un numéro thématique sur les résultats de l’étude Entred 2007 et les évolutions de la prise en charge depuis 2001. En dépit des améliorations observées, des progrès restent à accomplir, qui passent en particulier par une sensibilisation accrue des patients et des médecins à l’importance de la démarche éducative.

  • Seulement 17 % des diabétiques de type 2 déclarent avoir bénéficié d'une séance d'éducation...

QUI SONT LES DIABÉTIQUES ? Comment sont-ils pris en charge et suivis ? À quels coûts ? « Longtemps, la France a manqué de données sur les pratiques, les résultats et les coûts de santé, nous obligeant à extrapoler celles d’autres pays pour tenter d’évaluer notre propre situation. Dans le domaine du diabète, l’étude Entred a mis un terme à cette situation », rappelle le Pr Serge Halimi, dans ce numéro du « BEH » (n° 42-43) consacré au diabète et aux évolutions observées entre les deux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires