Un nouveau centre unique en France pour les hommes à haut risque - Cancer de la prostate : une prise en charge personnalisée

Un nouveau centre unique en France pour les hommes à haut risqueCancer de la prostate : une prise en charge personnalisée

25.06.2009

Le cancer de la prostate est devenu, avec 62 000 nouveaux cas par an, le cancer le plus fréquent chez les hommes en France, mais environ 30 % d’entre eux seraient dits « indolents » et n’auraient pas d’impact sur la mortalité. Entre la simple surveillance active et les traitements radicaux agressifs, la prise en charge d’une tumeur localisée doit anticiper le risque de surtraitement et ne proposer que des thérapies adaptées à chaque situation.

« CERTES, la polémique autour du dépistage du cancer de la prostate est aujourd’hui dépassée, mais la véritable question qui reste posée est le choix de la stratégie à proposer au patient, déclare Roland Muntz, président de l’association nationale des malades du cancer de la prostate (ANAMACAP). Chaque proposition de dépistage doit donc s’accompagner d’une information claire et d’une possibilité de réflexion en cas de résultat positif pour ne pas s’engager à la légère dans une démarche...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires