Claustration à domicile - Ces ados qui s’enferment

Claustration à domicileCes ados qui s’enferment

22.06.2009

Les 4es Journées adolescents à l’hôpital Sainte-Anne (Paris) ont abordé le thème de la claustration des jeunes à domicile. Le Dr Marie-Jeanne Guedj, qui dirige le CPOA (Centre psychiatrique d’orientation et d’accueil), reçoit dans son service 25 jeunes cloîtrés chaque année. Un phénomène dramatique, sous-estimé par les familles et mal connu du corps médical, qui va en augmentant.

  • Le Dr Guedj voit environ 25 jeunes cloîtrés chaque année
LE QUOTIDIEN – Les adolescents ont tendance à vouloir s’isoler du reste du monde. À partir de quand peut-on considérer leur enfermement comme inquiétant ?

Dr MARIE-JEANNE GUEDJ – Les Japonais, qui ont décrit le phénomène des hikikomori et qui compteraient un million de jeunes cloîtrés, considèrent qu’il y a claustration à domicile lorsque l’enfermement dure plus de six mois. Six mois, c’est énorme. Il est sain pour un adolescent de s’isoler… pendant 24 heures. Au-delà, on ne peut pas...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires