Thrombose veineuse et thromboprophylaxie simplifiée - Une nouvelle génération d’anticoagulants

Thrombose veineuse et thromboprophylaxie simplifiéeUne nouvelle génération d’anticoagulants

11.05.2009

Chaque année en Europe, la maladie thromboembolique veineuse tue plus d’un demi-million de personnes. Jusqu’ici les héparines (HBPM) constituaient le « gold standard » dans la prévention chirurgicale des événements thromboemboliques veineux (ETEV). Une nouvelle génération d’anticoagulants, présentant un profil pharmacologique particulier, optimise la prise en charge thérapeutique actuelle.

LES MALADES bénéficiant d’une chirurgie orthopédique majeure, ainsi que les patients hospitalisés pour une affection aiguë, ont un risque accru de développer une maladie thromboembolique, et l’embolie pulmonaire est l’une des principales causes de décès à l’hôpital. Les traitements utilisés actuellement comprennent les héparines et les antagonistes de la vitamine K (AVK). Ces agents, bien que très efficaces, ont leurs limites. De nouveaux anticoagulants de plus en plus spécifiques...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires