Boursicoteur n’est pas investisseur professionnel - Les clés de la répugnance à perdre de l’argent

Boursicoteur n’est pas investisseur professionnelLes clés de la répugnance à perdre de l’argent

02.04.2009

Des travaux avaient déjà établi l’efficacité des stratégies cognitives de gestion active des émotions. Une étude américaine vient de montrer qu’une telle stratégie est applicable à l’aversion à la perte et met en jeu des modifications comportementales, physiologiques et neurales. Elle pourrait, en outre, expliquer la différence de comportement des investisseurs professionnels face aux revers boursiers.

IL EST LARGEMENT admis que le facteur émotionnel joue un rôle non négligeable dans nos prises de décision, ce que de nombreuses études comportementales ont confirmé en montrant que, bien que nous ayons une certaine capacité à contrôler notre état affectif, les stimuli émotionnels altèrent notre jugement et, donc, modifient notre réponse face à la situation qui se présente à nous. C’est ainsi que des personnes auxquelles on avait demandé de tester différentes boissons en les soumettant à...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires