Exposition prénatale à l’alcool - « Zéro alcool », une recommandation mal comprise

Exposition prénatale à l’alcool« Zéro alcool », une recommandation mal comprise

12.03.2009

Le « Bulletin épidémiologique hebdomadaire » propose cette semaine de faire un état des lieux des consommations du point de vue des femmes et de ses conséquences spécifiques en termes de santé. L’une des études présentées tente d’expliquer pourquoi les mères continuer de consommer de l’alcool pendant la grossesse malgré les campagnes de prévention recommandant l’abstinence totale.

LES TRAVAUX consacrés aux conséquences de l’exposition prénatale à l’alcool datent de la fin des années 1960. Cependant, la nécessité de mettre en œuvre une politique de prévention contre les dangers de la consommation d’alcool pendant la grossesse n’a émergé en France qu’en 2004 quand 4 femmes ayant donné naissance à un enfant porteur du syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) à Roubaix, ont accusé le gouvernement de ne pas les avoir informées des dangers potentiels de cette consommation....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires