Des prions dans les produits dérivés du sang - Y-a-t-il risque de transmission ?

Des prions dans les produits dérivés du sangY-a-t-il risque de transmission ?

23.02.2009

Après le décès, au Royaume-Uni, d’un hémophile de 74 ans dont la rate contenait du prion pathogène, la question se pose d’une transmission par des médicaments dérivés du sang (ici le facteur VIII.

QUANTITÉ DE QUESTIONS se posent aux experts de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) après la première découverte, post-mortem, de prion pathogène chez un hémophile britannique. Interrogations qui toutes aboutissent, comme à l’embouchure d’un entonnoir, sur : « la France devra-t-elle renforcer ses mesures de sécurité vis-à-vis des produits issus du sang ? ».

En début de semaine, l’Afssaps apprenait que l’autopsie systématique d’un hémophile...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Cambriolage

Les agressions contre les pharmaciens ont quasiment triplé en un an

La multiplication des cambriolages et des attaques de pharmacies, relatée par la presse, viennent confirmer les chiffres enregistrés par l’Ordre des pharmaciens. Le 15 février, en tentant de se défendre, un pharmacien de... 2

Partenaires