Gestion du tiers payant - Les pharmaciens bénéficient de légitimes contreparties

Gestion du tiers payantLes pharmaciens bénéficient de légitimes contreparties

22.01.2015

J’ai lu avec intérêt l’article signé Marie Bonte dans votre n° 3144 du 12 janvier auquel je souhaite apporter quelques commentaires (NDLR, Zéro papier, mais pas zéro tracas). Mon épouse est titulaire d’une officine moyenne (1,7 million d’euros), donc représentative de la profession. Il n’est pas contestable que la gestion du tiers payant est une charge administrative, mais vous omettez de dire que les officinaux sont rémunérés par la Sécurité sociale pour la qualité de la scanerisation...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires