Equiper l'officine - Digitaliser le back-office pour optimiser flux et process

Equiper l'officineDigitaliser le back-office pour optimiser flux et process

Hakim Remili
| 18.07.2019

Parce qu’un front office bien digitalisé implique un back-office lui-même optimisé, parce que de nombreuses solutions arrivent de tous côtés pour améliorer tous les aspects du back-office, celui-ci mérite une attention plus grande de la part des pharmaciens, plus concentrés sur la digitalisation de leur espace de vente que sur celui du back-office. Ce dernier permet pourtant de gagner ce temps qui leur permettra d’être plus efficaces auprès des patients et des clients.

  • back-office
  • tablo

Le back-office est-il le parent pauvre de la digitalisation de l’officine ?

Tout attirés qu’ils sont par la digitalisation des activités liées aux patients et aux clients, les pharmaciens ont tendance à oublier que les avantages liés aux nouvelles technologies peuvent aussi concerner leurs activités en back-office. Ils l’oublient d’autant plus facilement que ces activités sont gérées depuis longtemps par le LGO (logiciel de gestion d’officine). Deux arguments viennent cependant...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires