Tendances et marchés - Bains de bouche en pharmacie : deux dynamiques à l'œuvre

Tendances et marchésBains de bouche en pharmacie : deux dynamiques à l'œuvre

Anne-Sophie Pichard
| 18.10.2018

La suprématie des bains de bouche thérapeutiques, piliers de l'hygiène bucco-dentaire, n'empêche pas les solutions à statut cosmétique d'afficher une progression non négligeable de leurs ventes.Très différents dans leurs vocations, les bains de bouche thérapeutiques et les solutions dentaires contribuent les uns comme les autres à la bonne santé du marché. Mais le segment des formules sans AMM, loin d'être arrivé à maturité, tend à investir tous les segments de l'hygiène bucco-dentaire.

  • bain de bouche

Avec 85 % des parts de marché en valeur, le segment des formules avec AMM, dites thérapeutiques, conserve la main mise sur les ventes de bains de bouche en pharmacie. La prescription médicale, qui nourrit toute une partie de la demande, n'est pas le seul levier du rayon.

Les marques, par leur grande notoriété et leur forte implantation, y jouent aussi un rôle prépondérant. Elles proposent des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires