Un entretien avec Xavier Pavie - « Les groupements doivent se réinventer »

Un entretien avec Xavier Pavie« Les groupements doivent se réinventer »

Marie Bonte
| 10.10.2016

Dans notre monde saturé d'images et de communication sur les valeurs, Xavier Pavie, professeur à l'ESSEC Business School Paris et Singapour et directeur du centre iMagination, suggère de communiquer sur une valeur ajoutée composée de services correspondant à une segmentation de la clientèle.

  • La nécésité fondamentale  d’un groupement est  de sélectionner ses adhérents

Le Quotidien du pharmacien. Communiquer sur son image et ses valeurs est devenu aujourd’hui une démarche incontournable pour les entreprises, au risque de vider ces concepts de leur sens. Représentant les pharmaciens et leurs officines, les groupements doivent-ils obligatoirement communiquer sur des valeurs ?

Xavier Pavie. Pour les clients, les pharmaciens font tous la même chose. Il est donc impératif que les groupements les aident à échapper à l’uniformisation. Et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires