La minute juridique - La cession de l’officine

La minute juridiqueLa cession de l’officine

Fabienne Rizos-Vignal
| 03.10.2016

Lors de la cession d'une officine, le maintien des contrats de travail n'est pas à négliger. Pour éviter tout problème, il convient de respecter les garanties prévues par le législateur. La cession de l'officine ne doit pas mettre en péril les contrats de travail de l'équipe en place. Pour maintenir la stabilité sociale et éviter les dérives, le législateur a mis en place des garanties au profit des salariés. Mieux vaut les connaître quand on acquiert une affaire.

  • info

Que doit maintenir le nouveau titulaire ?

Il doit respecter l'ensemble des droits et des obligations résultant de chaque contrat de travail. Chaque salarié conserve notamment sa rémunération, sa durée du travail, sa qualification, et son ancienneté. L'obligation de non-concurrence issue d'une clause spécifique est également transférée à l'acquéreur. Ce principe vaut pour tous les éléments inscrits dans les contrats. Si le nouveau titulaire veut introduire des modifications, il doit...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires