Gestion comptable - Radioscopie des officines franciliennes

Gestion comptableRadioscopie des officines franciliennes

François Sabarly
| 29.09.2016

Une étude du centre de gestion agréé CGA Partenaire met en lumière les difficultés économiques des officines à Paris et en Ile-de-France. Selon la dernière étude statistique sur l’activité des officines en 2015 réalisée par le centre de gestion agréé des pharmaciens, CGA PARTENAIRE, les ratios économiques des pharmacies de Paris et d’Ile-de-France sont contrastés. Si la situation des pharmacies à Paris intra-muros est toujours aussi préoccupante, les officines franciliennes hors Paris s’en sortent un peu mieux.

  • dessin

Chaque année, le centre de gestion agréé CGA Partenaire réalise des statistiques économiques à partir des déclarations fiscales de ses adhérents pharmaciens (*), avec des moyennes au niveau national bien sûr, mais aussi pour la province, pour l’Ile-de-France et pour Paris intra-muros.

Au niveau national, et sans surprise, 2015 a été une mauvaise année (**) : le chiffre d’affaires moyen (1 524 000 euros) et les ventes de médicaments remboursables sont en recul, la marge...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires