Officine Pratique - Des économies pour mon officine

Officine PratiqueDes économies pour mon officine

Marie Bonte
| 14.03.2016

Pister de nouvelles sources d’économies dans les différents postes de dépenses de l’officine permet de révéler des revenus jusqu’alors insoupçonnés. Alors que les revenus des pharmaciens ne cessent de baisser, une analyse des différentes fonctions de l’officine peut contribuer à redresser les comptes. Il ne s’agit pas seulement de faire la chasse au gaspi mais aussi de dégager de nouveaux potentiels d’économies, durables pour la plupart d’entre eux.

  • Les sources d'économie ne se trouvent pas toujours où l'on pense...
1- Optimiser les achats et réduire l’immobilisation inutile

Le premier poste de dépenses de l’officine est constitué par les achats. Philippe Becker, directeur général de région et responsable du marché pharmacie de Fiducial, recommande ainsi de gérer les promesses fournisseurs : « Non que ceux-ci ne les tiennent pas, mais les réclamer permet d’être certain de les obtenir ». Le titulaire doit par ailleurs éviter de s’exposer à une surcharge de stock qui peut être fatale à sa...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires