Equiper l’officine - Des systèmes plus intelligents et mieux intégrés

Equiper l’officineDes systèmes plus intelligents et mieux intégrés

28.01.2016

Lutter contre la démarque inconnue n’est pas une mince affaire. Heureusement les progrès de la technologie permettent d’améliorer sensiblement l’efficacité de la démarche. Les technologies qui permettent de lutter contre la démarque inconnue s’affinent, les systèmes de vidéosurveillance intègrent la très haute définition et surveillent les espaces de façon plus précise tandis que les antennes se font plus intelligentes. Mieux, ces technologies s’intègrent plus facilement, s’épaulant mutuellement, elles apportent une gestion des alertes optimale et simplifiée et permettent aux pharmaciens d’identifier la source des problèmes rencontrés dans leurs officines.

  • Caméra Kiwatch
  • légende
  • Equiper l’officine - Des systèmes plus intelligents et mieux intégrés-3

Selon Fabien Spacagna, responsable commercial de Video Consult, les pharmaciens cumulent tous les problèmes liés à la démarque inconnue et à l’insécurité. Que ce soit les vols de clients dans les rayons de parapharmacie, la démarque inconnue d’origine interne, ou encore les problèmes liés aux produits de substitution, les officines n’ont pas la tâche facile.

Mais ce constat n’est pas soutenu par des chiffres sûrs. Checkpoint Software, spécialiste des portiques de sécurité,...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
emploi

À la Une Congés d'été : où sont passés nos remplaçants ? Abonné

La recherche d’un remplaçant estival pour que le titulaire puisse s’échapper quelques semaines de son officine ne porte pas toujours ses fruits. Si les uns estiment que trouver un remplaçant est de plus en plus difficile – voire impossible – d’autres jugent que la situation est identique d’une année sur l’autre. Mais aucun ne nie la difficulté. Commenter

Partenaires