Officine Pratique - Comment gérer une rupture de stock au comptoir ?

Officine Pratique Comment gérer une rupture de stock au comptoir ?

Mélanie Maziere
| 14.12.2015

Les ruptures du stock ont été multipliées par dix en sept ans. Au pharmacien de savoir orienter ses patients confrontés à un médicament manquant. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), le nombre de ruptures de stock est passé de 44 en 2008 à 438 en 2014. Ce n’est qu’une vue partielle puisque les médicaments signalés sont ceux qui sont indispensables ou qui n’ont pas d’alternative thérapeutique.

  • Outre l’explication attendue par le patient, le pharmacien met en place des solutions...
1- Ce qu’il faut savoir

Pour être à même d’expliquer ce qu’est une rupture de stock à un patient, il faut être soi-même bien informé. Mieux vaudrait d’ailleurs parler de rupture d’approvisionnement, dès lors que l’officine est dans l’incapacité de délivrer un médicament à un patient dans un délai de 72 heures. Celle-ci est imputable à une rupture de stock lorsque le laboratoire fabricant est dans l’impossibilité de fabriquer ou d’exploiter le médicament concerné, ou à une rupture dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 18

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.