Tendances et marchés - Micronutrition : une jeune pousse prometteuse pour l’officine

Tendances et marchésMicronutrition : une jeune pousse prometteuse pour l’officine

22.10.2015

Longtemps réservée à un cercle d’initiés, la micronutrition sort aujourd’hui de la confidentialité pour devenir un marché à part entière de l’officine.Le développement de la micronutrition absorbe de plus en plus de titulaires. Ils y voient un vecteur de croissance pour l’officine dans lequel ils retrouvent leur cœur de métier : le conseil santé. Un marché compétitif et une offre de formation diversifiée finissent de les convaincre de goûter à cette nouvelle discipline.

  • Une dynamique à l’officine sous-tendue par un marché en plein essor (ci-dessus : vitamines B9)

La micronutrition à l’officine est une histoire de passions. Et de convictions. Les pharmaciens qui se sont lancés dans ce domaine témoignent d’une expansion de leur activité à la mesure de leur engouement. À tel point qu’il n’est pas rare que ce rayon s’élargisse à d’autres terrains, celui de la phytothérapie, de l’aromathérapie, ou encore des médecines douces, suscitant une certaine confusion auprès des patients et des professionnels eux-mêmes.

Cette extension brouille les cartes...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires