Crédits, financements... - Peut-on encore compter sur les banques ?

Crédits, financements...Peut-on encore compter sur les banques ?

02.03.2015

C’est un fait : les banques sont devenues aujourd’hui très sélectives pour accorder des financements aux pharmaciens, surtout lors de l’installation. Il y a bien sûr des raisons économiques : baisse des chiffres d’affaires, prix de vente parfois encore trop élevés, seuils de rentabilité trop bas… Mais pas seulement : le développement des cessions de parts de SEL et, tout récemment, l’avènement des holdings de pharmacie, compliquent la tâche des banquiers. Explications.

LE TEMPS où les banques accordaient facilement des crédits aux officines est bel et bien révolu. Pourtant, aujourd’hui, les taux de crédit sont tombés à un niveau historiquement bas : pour un financement d’installation sur douze ans, la moyenne est aujourd’hui à moins de 2 % hors assurance. « Récemment, mais pour un très bon dossier il est vrai, j’ai même obtenu un crédit à 1,40 % », explique Michel Watrelos, expert-comptable au cabinet Conseils et Auditeurs Associés, à Lille.

Alors...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Rentrée 2017 : préparez vos rayons !-0
Dossier web

Rentrée 2017 : préparez vos rayons !

Hormis pour les pharmacies des zones touristiques, la période estivale est souvent un moment de l'année où l'activité est plus calme. L'occasion pour faire le tri sur ses rayons et de réfléchir à leur composition pour les prochains mois. Ce dossier passe en revue les marchés à ne pas négliger pour réussir sa rentrée.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.