« Casser le réflexe produit pour bien conseiller un antalgique » - BRIGITTE DEFOULNY›

« Casser le réflexe produit pour bien conseiller un antalgique »BRIGITTE DEFOULNY›

16.10.2014

DIRIGEANTE DE LA SOCIÉTÉ DE CONSEIL ET FORMATION HÉLIOTROPE

  • Brigitte Delfouny
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. – L’achat d’antalgique est une demande très courante au comptoir. Comment établir un conseil pour un médicament aussi banal ?

BRIGITTE DEFOULNY . – Il est vrai qu’en matière de douleur, la demande se borne souvent à une marque ou un produit en particulier. Or on ne peut pas se permettre de délivrer une boîte d’antalgique sans poser quelques questions. Ce que le contexte actuel nous rappelle plus que jamais. Quand la demande porte sur un produit et pas sur une...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires