LA SAGA DES MARQUES - Coalgan, l’aventure du médicament textile

LA SAGA DES MARQUESCoalgan, l’aventure du médicament textile

06.03.2014

Tout le distingue : un composant végétal aux étonnantes propriétés physico-chimiques et biologiques, une forme textilisée, fruit d’un savoir faire régional et d’une technologie de pointe, un statut de pionnier des alginates de calcium… Voici l’histoire de Coalgan.

  • Coalgan, l’aventure du médicament textile - 1
  • Coalgan, l’aventure du médicament textile - 2
  • Coalgan, l’aventure du médicament textile - 3
  • Coalgan, l’aventure du médicament textile - 4

LE MILIEU du XXe siècle n’est pas franchi que Pierre Brothier, pharmacien d’officine exerçant dans le 14e arrondissement de Paris, décide de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Son objectif est à la fois simple et très ambitieux. Simple puisqu’il entend fonder un laboratoire pharmaceutique portant son nom, ambitieux parce que le premier produit qui sera le fruit de cette entreprise est complexe à fabriquer et difficilement transposable à l’échelle industrielle. C’est à l’alginate...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires