Quand la technologie vient au secours des malades - E-services pour patients connectés

Quand la technologie vient au secours des maladesE-services pour patients connectés

09.12.2013

La tendance est déjà fortement ancrée. Près de 100 000 applications santé ont pris place sur les smartphones. Professionnels de santé et patients sont eux-mêmes des utilisateurs de premier choix des nouvelles technologies. La pharmacie saura-t-elle se faire une place au soleil dans un marché particulièrement dense ?

  • E-services pour patients connectés - 1
  • E-services pour patients connectés - 2
  • E-services pour patients connectés - 3
  • E-services pour patients connectés - 4
  • E-services pour patients connectés - 5
  • E-services pour patients connectés - 6

AUJOURD’HUI, l’information médicale pullule sur le Web, des communautés de patients et de médecins se sont développées pour partager des expériences communes, des diagnostics, des cas plus ou moins difficiles. Les principaux défis sont de savoir filtrer la bonne information et de savoir s’adresser à la bonne personne, ou de savoir s’adapter à son interlocuteur. Face à cette évolution, ce qu’on appelle les « objets connectés » ou « l’Internet des objets »* prend une ampleur telle que les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
code de deonto

À la Une Nouveau code pour nouvelles missions Abonné

La nouvelle mouture du code de déontologie, à paraître au cours du premier semestre 2019, et dont le « Quotidien du pharmacien » a pu avoir lecture, assouplit substantiellement les règles de la communication et de la publicité à l'officine. Bénéficiant d'une aisance nouvelle, le pharmacien devra néanmoins veiller à axer son message sur la santé publique et ses prestations. Commenter

Partenaires