Dans un marché du MAD décomplexé - Les pharmaciens ont les moyens de défendre leur place

Dans un marché du MAD décomplexéLes pharmaciens ont les moyens de défendre leur place

11.03.2013

Au sein du marché hors monopole du maintien à domicile (MAD), les pharmaciens doivent faire face à une concurrence sans limite de la part d’acteurs parfois éloignés de la sphère de la santé. Pourtant, l’officine reste l’interlocuteur privilégié pour ce type de prestations. Ce que la loi HPST et les nouvelles missions du pharmacien viennent encore confirmer. Un secteur où il fait bon s’impliquer alors que le MAD est en plein développement.

  • À l’officine, l’activité MAD réclame une bonne formation préalable
  • Le marché du MAD affiche une progression moyenne de 8 à 9 %

VIEILLISSEMENT de la population et espérance de vie en augmentation constante, évolution des pathologies et de la façon d’aborder la dépendance, tout concourt au développement du MAD, ou maintien à domicile. Les Français souhaitent rester chez eux le plus longtemps possible et privilégient donc les courts séjours hospitaliers pour des retours à domicile les plus précoces possible. Les raisons sont également financières, l’hospitalisation ayant un coût plus élevé que la prise en charge à...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 23

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.