Pour une meilleure gestion des prix - Du bon usage des étiquettes électroniques

Pour une meilleure gestion des prixDu bon usage des étiquettes électroniques

20.12.2012

Outre l’affichage des prix réclamé par la loi, les étiquettes électroniques permettent divers usages, de la gestion des promotions jusqu’à celle des inventaires qui peuvent se révéler bénéfiques pour l’officine. Mais avant cela, il faut faire des choix parmi les diverses technologies proposées par les fournisseurs, et en fonction de ses besoins car l’investissement est lourd.

  • L’argument du gain de temps est central
  • Certains logiciels métiers permettent la gestion directe des étiquettes

LES ÉTIQUETTES électroniques sont-elles la panacée ? Longtemps ignorées des pharmaciens alors qu’elles envahissaient les rayons de la grande distribution et d’autres commerces, elles commencent désormais à se répandre dans le monde de l’officine. Les arguments en leur faveur sont simples et convaincants : « le temps passé à installer des étiquettes papier est loin d’être anodin, surtout dans les grandes officines » justifie Jérôme Lapray, responsable marketing de Pharmagest. « De plus,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires