Location des murs de l’officine - Savoir négocier avec son bailleur

Location des murs de l’officineSavoir négocier avec son bailleur

29.10.2012

Partant encore du principe selon lequel une officine est un commerce sûr et rentable, de nombreux bailleurs n’hésitent pas à demander aux pharmaciens des hausses de loyer excessives, ou des charges injustifiées. Dans ce cas, pour négocier avec le bailleur, il faut d’abord établir, dès le départ, un contrat aussi clair et complet que possible. Il faut également se faire aider par un spécialiste : entre propriétaire et locataire, les litiges se règlent souvent par la négociation, et connaître ses droits est essentiel pour assurer sa défense.

  • Dès la signature, le contrat doit être clair et complet

MODALITÉS de calcul des hausses de loyer, augmentation du loyer lors du renouvellement du bail, répartition des charges entre bailleur et locataire… Les points de friction possibles avec le propriétaire des locaux commerciaux dans lesquels l’officine est exploitée ne manquent pas. Or, même si le loyer n’est pas le poste de frais le plus important pour une pharmacie, il peut devenir une charge difficile à supporter en période de baisse d’activité. « Dans Paris intra-muros, le poids du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires