ZOOM SUR L’EQUIPEMENT - LECTEURS DE CODE DATAMATRIX - Une dernière génération de produits plus performants

ZOOM SUR L’EQUIPEMENT - LECTEURS DE CODE DATAMATRIXUne dernière génération de produits plus performants

21.06.2012

Commercialisés cette année, les nouveaux lecteurs de codes 2D ou Datamatrix, qui peuvent lire les informations relatives au numéro de lot et à la date de péremption du médicament en plus de son prix, sont nettement plus performants que ceux de générations précédentes. Leur capacité de lecture s’est améliorée, même s’il est encore parfois difficile de les lire, lesdits codes étant eux-mêmes assez complexes à imprimer. Les pharmaciens qui auront attendu pour s’équiper bénéficieront donc des dernières améliorations au contraire de ceux qui se sont précipités les années précédentes sur des modèles moins performants.

FALLAIT-IL s’équiper si vite ? Les pharmaciens ont depuis un an ou deux massivement remplacé leurs anciens lecteurs de code 1D par les nouveaux lecteurs de Code 2D, qui permettent de lire ces codes 2D, appelés encore codes Datamatrix, de la norme qui a été retenue pour cette technologie. Chez Alliadis par exemple, Olivier Zuntini, responsable intégration affirme que le parc de ces produits avoisine les 20 000 auprès des clients de l’éditeur. Motorola, l’un des grands fabricants de ces...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
picto

Pictogramme grossesse : une fausse bonne idée à réviser

L’apposition de pictogrammes « médicament et grossesse » est une intention louable, mais la coexistence de deux pictogrammes, présents sur 60 à 70 % des médicaments, est une source d’inquiétude parfois infondée pour les patientes... Commenter

Partenaires