Succession et famille recomposée : cas pratique - Protéger son conjoint sans léser ses enfants d’un premier mariage

Succession et famille recomposée : cas pratiqueProtéger son conjoint sans léser ses enfants d’un premier mariage

15.03.2012

Jean-Pierre (55 ans), pharmacien, et Sophie (40 ans) sont mariés en séparation de biens et propriétaires de leur résidence principale et d’une résidence secondaire. Jean-Pierre a deux enfants d’un premier mariage qui sont confortablement installés. Il se demande comment protéger sa nouvelle épouse s’il décède avant elle, sans pour autant léser ses enfants. Les conseils d’Alexandre Boutin, directeur de la formation et de l’ingénierie patrimoniale de Fiducée gestion privée, réseau indépendant de gestionnaires de patrimoine exclusivement dédié aux professionnels de la santé.

JEAN-PIERRE, pharmacien titulaire dans une grande ville de province, vit depuis plusieurs années avec Sophie, sa deuxième épouse, avec laquelle il n’a pas eu d’enfants. Il a, en revanche, deux enfants issus d’une première union, aujourd’hui bien installés dans la vie. Il nous demande comment protéger sa seconde épouse sans trop léser ses enfants. Sa priorité : que celle-ci soit assurée, à son décès, de conserver au moins leur résidence principale, achetée à parts égales il y a plusieurs...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pharmacien

À la Une La nouvelle marge pour 2019 Abonné

En prévision de l'instauration de nouveaux honoraires de dispensation à partir du 1er janvier 2019, un nouvel arrêté de marge vient de paraître au « Journal officiel ». 3

Partenaires