Achats groupés - Pratiquer la rétrocession sans être hors la loi

Achats groupésPratiquer la rétrocession sans être hors la loi

30.01.2012

Tolérés jusqu’à présent, les achats groupés avec rétrocession à des confrères sont pourtant interdits par le Code de santé publique. Bien plus, ils font désormais l’objet d’une surveillance attentive de la Direction de la Santé, qui a récemment rappelé aux pharmaciens les règles à suivre en la matière. Mais, en cette période où les officines sont durement touchées par la crise, les syndicats demandent la « légalisation » de ces pratiques, afin de permettre aux titulaires de pouvoir acheter dans de bonnes conditions. État des lieux et perspectives.

  • Une pratique de plus en plus courante mais sous haute surveilance

LES RÉTROCESSIONS sont actuellement au cœur d’un débat qui agite fortement les titulaires, les syndicats, les groupements, les grossistes-répartiteurs, les laboratoires, l’Ordre et les experts-comptables… En cause, cette pratique ancienne qui consiste, pour certains pharmaciens, à se regrouper de façon informelle pour acheter directement et en grande quantité des médicaments conseil et de la parapharmacie, le pharmacien « pivot » de ce système rétrocédant ensuite les produits à des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires