LA SAGA DES MARQUES

LA SAGA DES MARQUES

10.11.2011

Tricoter, réduire, adapter, maintenir, tout un vocabulaire traduit de main de maître par un haut couturier de la compression veineuse. Sous son aiguille vont naître des bas que l’œil ne verra pas, que le corps oubliera, mais dont la fonction traitante jamais ne s’altérera. Un défilé entamé au siècle dernier sous la marque Radiante.

  • LA SAGA DES MARQUES - 1
  • LA SAGA DES MARQUES - 2
  • LA SAGA DES MARQUES - 3
  • LA SAGA DES MARQUES - 4
  • LA SAGA DES MARQUES - 5

COMME il arrive souvent dans la saga des marques, l’histoire de Radiante est au départ celle d’une famille. Ou plutôt, celle d’un entrepreneur dont la descendance a épousé la passion pour donner forme humaine à une multitude de dispositifs de haute technologie. Car derrière le nom Radiante se cachent en fait plusieurs marques, toutes pures expressions d’un indéniable génie technique.

Mais commençons l’histoire à ses balbutiements, en pleine seconde guerre mondiale. Sur les pavés de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires