UN CONSEIL ARGOS CONSULTING* - L’art de soigner sa vitrine

UN CONSEIL ARGOS CONSULTING*L’art de soigner sa vitrine

16.06.2011

Une officine se caractérise, au premier abord, par deux éléments : sa façade et sa vitrine. Ces deux aspects constituent une véritable carte de visite, et ont deux fonctions primordiales : informer et attirer les chalands, et ainsi faire entrer les clients. C’est l’image même de l’officine qui est en jeu (image conseil, accueil, prix…)

UN CLIENT marche au rythme approximatif d’un mètre par seconde. Avec des vitrines d’environ deux à trois mètres, le calcul est vite fait : la vitrine n’a que quelques secondes pour l’interpeller.

C’est ainsi la sobriété et l’impact du message qui fera son efficacité. Mais la plupart du temps, les vitrines des commerces devant lesquels nous passons, officines ou autres, sont chargées, peu claires, peu attractives.

Or, le réseau officinal possède des caractéristiques...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires